jeudi 20 juillet 2017

Projet Chloé T – phrases 24-27

Los niños silbaron asombrados cuando unas pequeñas figuritas se elevaron por sí mismas en el escenario. Representaban a hombres con sombreros y chalecos de metal, y las cajas del carro explicaron con la voz distorsionada del titiritero que eran españoles, los antiguos aborígenes de estas tierras.  Los sacerdotes la desvisten con delicadeza: primero el tocado dorado de Sol, después la doble mazorca de maíz sagrado y, por último, su túnica de nenúfares. Una vez desnuda, el griterío de la multitud se vuelve ensordecedor y los ojos de la muchacha se llenan de lágrimas.

Traduction temporaire :
Émerveillés, les enfants sifflèrent quand de petites figurines montèrent toute seules sur la scène. Elles représentaient des hommes portant des chapeaux et des gilets en métal ; les boîtes de la roulotte expliquèrent, à travers la voix distordue du marionnettiste, qu’il s’agissait d’Espagnols, les anciens aborigènes de ces terres. Les prêtres la déshabillent délicatement : d’abord, le couvre-chef doré de Soleil, ensuite le double épi de maïs sacré et, pour terminer, sa tunique de nénuphars. Une fois nue, les cris de la foule deviennent assourdissant et les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes.

8 commentaires:

chloé Tessier a dit…

Les enfants, émerveillés, sifflèrent quand de petites figurines montèrent toute seules sur la scène. Elles représentaient des hommes portant des chapeaux et des gilets en métal ; les boîtes de la roulotte expliquèrent, à travers la voix distordue du marionnettiste, qu’il s’agissait d’Espagnols, les anciens aborigènes de ces terres.
Les prêtres la déshabillent délicatement : d’abord, le couvre-chef doré de Soleil, ensuite le double épi de maïs sacré et, pour terminer, sa tunique de nénuphar. Une fois nue, le brouhaha de la foule devient assourdissant et les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes.

Tradabordo a dit…

N'oublie pas de mettre la V.O. Plus on avance dans les commentaires, plus le post est loin et donc plus il est pénible de comparer les deux textes.
J'ai coupé la deuxième moitié du fragment. Faisons déjà le début.

Los niños silbaron asombrados cuando unas pequeñas figuritas se elevaron por sí mismas en el escenario. Representaban a hombres con sombreros y chalecos de metal, y las cajas del carro explicaron con la voz distorsionada del titiritero que eran españoles, los antiguos aborígenes de estas tierras.

Les enfants, émerveillés [ou placé en tête de phrase ? Essaie et vois ce que tu préfères], sifflèrent quand de petites figurines montèrent toute seules sur la scène. Elles représentaient des hommes portant des chapeaux et des gilets en métal ; les boîtes de la roulotte expliquèrent, à travers la voix distordue du marionnettiste, qu’il s’agissait d’Espagnols, les anciens aborigènes de ces terres.

chloé Tessier a dit…

Los niños silbaron asombrados cuando unas pequeñas figuritas se elevaron por sí mismas en el escenario. Representaban a hombres con sombreros y chalecos de metal, y las cajas del carro explicaron con la voz distorsionada del titiritero que eran españoles, los antiguos aborígenes de estas tierras.

Émerveillés, les enfants sifflèrent quand de petites figurines montèrent toute seules sur la scène. Elles représentaient des hommes portant des chapeaux et des gilets en métal ; les boîtes de la roulotte expliquèrent, à travers la voix distordue du marionnettiste, qu’il s’agissait d’Espagnols, les anciens aborigènes de ces terres.

Tradabordo a dit…

Los niños silbaron asombrados cuando unas pequeñas figuritas se elevaron por sí mismas en el escenario. Representaban a hombres con sombreros y chalecos de metal, y las cajas del carro explicaron con la voz distorsionada del titiritero que eran españoles, los antiguos aborígenes de estas tierras.

Émerveillés, les enfants sifflèrent quand de petites figurines montèrent toute seules sur la scène. Elles représentaient des hommes portant des chapeaux et des gilets en métal ; les boîtes de la roulotte expliquèrent, à travers la voix distordue du marionnettiste, qu’il s’agissait d’Espagnols, les anciens aborigènes de ces terres.

OK.

chloé Tessier a dit…

Los sacerdotes la desvisten con delicadeza: primero el tocado dorado de Sol, después la doble mazorca de maíz sagrado y, por último, su túnica de nenúfares. Una vez desnuda, el griterío de la multitud se vuelve ensordecedor y los ojos de la muchacha se llenan de lágrimas.

Les prêtres la déshabillent délicatement : d’abord, le couvre-chef doré de Soleil, ensuite le double épi de maïs sacré et, pour terminer, sa tunique de nénuphar. Une fois nue, le brouhaha de la foule devient assourdissant et les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes.

Tradabordo a dit…

Los sacerdotes la desvisten con delicadeza: primero el tocado dorado de Sol, después la doble mazorca de maíz sagrado y, por último, su túnica de nenúfares. Una vez desnuda, el griterío de la multitud se vuelve ensordecedor y los ojos de la muchacha se llenan de lágrimas.

Les prêtres la déshabillent délicatement : d’abord, le couvre-chef doré de Soleil, ensuite le double épi de maïs sacré et, pour terminer, sa tunique de nénuphar [pluriel ?]. Une fois nue, le brouhaha [inexact ?] de la foule devient assourdissant et les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes.

chloé Tessier a dit…

Los sacerdotes la desvisten con delicadeza: primero el tocado dorado de Sol, después la doble mazorca de maíz sagrado y, por último, su túnica de nenúfares. Una vez desnuda, el griterío de la multitud se vuelve ensordecedor y los ojos de la muchacha se llenan de lágrimas.

Les prêtres la déshabillent délicatement : d’abord, le couvre-chef doré de Soleil, ensuite le double épi de maïs sacré et, pour terminer, sa tunique de nénuphars. Une fois nue, les cris de la foule deviennent assourdissant et les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes.

Tradabordo a dit…

Los sacerdotes la desvisten con delicadeza: primero el tocado dorado de Sol, después la doble mazorca de maíz sagrado y, por último, su túnica de nenúfares. Una vez desnuda, el griterío de la multitud se vuelve ensordecedor y los ojos de la muchacha se llenan de lágrimas.

Les prêtres la déshabillent délicatement : d’abord, le couvre-chef doré de Soleil, ensuite le double épi de maïs sacré et, pour terminer, sa tunique de nénuphars. Une fois nue, les cris de la foule deviennent assourdissant et les yeux de la jeune fille se remplissent de larmes.

OK.